Calices

Calices

(Standalone)

Un(e)

De

Couverture par

, -

Date de sortie numérique : 21/02/2018
Date de sortie papier :

5.99


Noté 3.50 sur 5 basé sur 2 notations client
(2 avis client)
2 avis  |  Donnez votre avis
Ajouter à ma wishlist
Ajouter à ma wishlist
Catégories : ,

L’hiver éternel a succédé à l’âge lumineux des hommes.

Dans leurs forteresses en ruine, les humains mourant de froid ont dû remettre leurs vies entre les mains de leurs antiques ennemis, les vampires, faisant d’eux les gardiens et les protecteurs de l’humanité vacillante.

Alcuin, né à l’âge d’or de cette alliance, a grandi dans la servitude et s’apprête à devenir le calice du Seigneur de Sang-Verse, auquel il est offert en gage de paix, à la manière d’un présent politique. Mais la cour de son nouveau maître est le lieu de complots effrayants et d’amours singulières, et parmi les ombres glacées de la Citadelle, s’avance le spectre d’une vieille guerre.

- - - - - - - - - -

► ISBN numérique : 9782375744505
► ISBN papier : 9782375744512
► Niveau d'érotisme: - pairing

2 reviews for Calices

  1. Lucile
    Note 5 sur 5

    Fabiola Vinez

    Que dire sur ce livre ? Je l’ai attendu avec beaucoup d’impatience et j’ai sauté dessus dès que j’ai pu. Et ensuite ? Je l’ai tout simplement bouffé ! C’est le premier roman de Victoriane Vadi que je lis et j’avoue ne pas avoir été déçu. J’avais déjà eu envie de lire ses deux autres oeuvres mais l’occasion ne s’était pas présentée. Avec Calices, j’ai enfin pu découvrir l’univers et la plume de l’auteure, sans parler du fait que Calices a été un véritable coup de foudre pour moi. Pourquoi ? Tout simplement parce que je fais partie de ces personnes qui fondent devant un threesome ou dit aussi MMM. J’adore ça ! J’adore en écrire, j’adore en lire, j’adore les imaginer, et j’aime les adorer. Beaucoup le critiqueront mais les goûts et les couleurs ne se discutent pas.

    Pour en revenir au livre j’ai été agréablement surprise. Il me semble bien que cette auteure est amie avec une autre (Faith Kean) dont j’ai déjà lu certains de ses romans. Niveau plume, je n’ai strictement rien à redire chez ces deux auteures que j’aime beaucoup. Elles écrivent magnifiquement bien, sans que ce ne soit trop compliqué ni d’une simplicité enfantine. C’est un juste milieu qui est très agréable. Mais plus encore, avec Calices, j’ai cru retrouver de cet univers fantasy que j’ai pu trouver chez Faith. Attention, je ne parle en aucun cas de plagia ou autre !! Pas du tout ! Simplement que j’ai eu le sentiment que oui, elles aimaient les mêmes choses et que cela se voyait dans leurs oeuvres. Néanmoins, elles sont toutes deux singulières et exploitent leurs univers de façon différente. Et c’est ça que j’ai aimé. Parce qu’elles aiment les mêmes choses, qu’elles ont peut-être commencé à écrire ensemble, à parler de leurs idées d’histoires, à s’aider mutuellement, je ne sais pas, tout et n’importe quoi je ne fais que poser des hypothèses, elles ont cette façon de se ressembler tout en étant différentes et j’admire ça. Les histoires de Faith Kean restent celles de Faith. Et celles de Victoriane Vadi reste celles de Victoriane. Voilà tout. C’était une simple impression que je voulais partager car elle m’a fait sourire dès les premières pages de Calices.

    Pour en revenir (encore une fois) plus concrètement à ce livre, j’ai était surprise (encore oui je sais) par son contenu et surtout l’approche de l’auteure. Je vais, sans vouloir offenser qui que ce soit, comparer un peu Calices à un roman de Faith (Les Chroniques de Ren) car il s’agit aussi d’une histoire avec des vampires. Je ne vais en aucun cas les comparer de manière qualitative ou je ne sais pas réellement comme le dire autrement, mais plutôt appuyer sur les aspects qui m’ont justement surpris dans Calices en m’aidant comme support des Chroniques de Ren car je pense que c’est un bon exemple.
    En général, quand on parle de vampires et d’humains, on appuie énormément sur la supériorité des vampires, leur grande force, leurs pouvoirs, leurs crocs, et tout le tralala qui va avec. Mais quand en plus on parle d’un monde dominé par les vampires, là on appuie d’autant plus sur le fait que les humains sont des esclaves. Evidemment, ce n’est pas une exacte vérité. Il doit bien exister des oeuvres qui contredisent ce que j’avance ici. Soit, je parle au moins du domaine de la romance et de mes quelques lectures (qui ne se limitent pas à ces deux auteures) qui m’ont permis de me faire ma propre idée de tout ça. Dans ce genre de contexte, on a tendance à aimer voir le vampire sadique et dominant, s’amusant à faire ployer les humains sous son joug. Et en même temps, l’humain se rebiffe et tente par tous les moyens de s’en soustraire ou de se montrer fort. C’est l’exemple des Chroniques de Ren (attention, j’adore cette histoire donc il n’y a rien de péjoratif à ce que je viens de dire). En revanche, Calices n’a rien à voir et c’est exactement ce qui m’a étonner. Ici, le vampire en question, du nom d’Alastair (très joli nom par ailleurs) semble froid et austère. Oui un peu. Mais c’est bien plus que ça. Mais la réelle surprise vient d’Alcuin, l’humain esclave, le Calice. Il est soumis. Et pas juste soumis dans un sens négatif ! Il est soumis volontairement tout en gardant sa volonté et sa propre force. C’est difficile à expliquer. Ça se lit, j’ai plus envie de dire.

    Alcuin est un personnage très attachant. Et ce n’est pas parce qu’il est soumis qu’il est faible et fragile. Face à un vampire, oui évidement. Mais face à d’autres humains, je ne pense pas, loin de là. La soumission que nous présente l’auteure m’a été agréable à lire. Il n’y avait rien de honteux, pas d’abus à proprement parlé. La soumission n’était pas exploiter pour simplement montrer un humain faible devant un vampire. C’est plus que ça et c’est ce plus que j’ai adoré. J’ai vraiment aimé le message fort que Victoriane a fait passer au travers de son personnage principal. J’ai réellement trouvé Alcuin touchant et surtout humain. Pour moi, il était très vivant et même attendrissant par moment. Alors oui, c’est un esclave humain au service d’un vampire très vieux et très beau, mais s’il n’y avait pas eu ce plus, je pense que je n’aurais pas aimé l’histoire.

    Pour en rester aux personnages, je voudrais revenir sur Alastair. Ce vampire m’a étonné. Moins qu’Alcuin, mais un peu tout de même. Il m’a étonné par l’ambitieux mélange entre dureté de vampire et humanité d’un ancien homme mortel. Étonnement, ce n’est pas incompatible et je trouve que l’auteure à merveilleusement bien trouvé l’équilibre parfait. Ni trop d’un côté, ni trop peu de l’autre. Alastair est un personnage bien dosé et même s’il n’est pas celui que je préfère, je ne vais pas plus le critiquer.

    Un personnage qui, par contre, m’a énormément plu, c’est Hrold. Je l’ai adoré dès le début. Et même à la fin ! Il a ce petit côté facétieux qui m’a fait sourire. Comme Alastair, je l’ai trouvé aussi bien équilibré. Peut-être un peu moins vampirique… quoi que ! Je ne sais pas trop comment le dire, mais ce personnage m’a beaucoup touché. Je le trouve aussi bien construit que les deux autres principaux et j’étais toujours très heureuse de le voir apparaître.

    Pour ce qui concerne l’histoire, je dirais que ce n’est pas réellement ça. Comment dire ? J’ai adoré le livre, là n’est pas la question. En fait, quand je parle d’histoire, je parle de l’action et de ce qui se déroule. Ce bouquin est pour public avertit. Bien sûr, le contenu très explicite de sexe en est la cause, je ne le remets pas en doute même s’il me plait à penser qu’un certain passage un peu hard et gore a pu aussi aider (j’ai adoré ce passage soit dit en passant). Alors oui, il y a beaucoup, beaucoup, (beaucoooooup !) de sexe. C’est même omniprésent. Mais la façon dont c’est tourné, la façon dont l’auteure écrit à fait que j’ai aimé. Alors que je me satisfais très bien d’une seule scène dans 400 pages. Ici il y en a 209.
    Je dirais même que le sexe, dans ce roman, est beau. Il n’y a rien d’humiliant, de sale, ou de réellement obscène. Oui pour certain ça l’est. Mais à mes yeux, c’était plus… comme une oeuvre. Quelque chose de beau à voir, à lire, à imaginer parce que Victoriane Vadi l’a écrit de façon artistique. Une mise en scène brillante, mise en valeur, à l’honneur, comme un peintre s’appliquerait à faire une belle toile. Selon moi, c’est ça. Je n’ai jamais été choqué par ce que j’ai lu. J’ai été surprise. Mais surtout agréablement étonné de la beauté qu’elle a pu faire transparaître par delà des mots pour une chose que beaucoup vont mal voir, ou juger ça de façon plus cru. Ce n’est pas mon avis. Mais c’est un avis personnel.

    Ce qui m’a plus « déçu » si je puis dire, c’est tout ce qui concerne les spectres. C’est léger, en second plan. Très en arrière de tout le reste. Peut-être est-ce l’application pour les scènes sexuelles qui a caché ça ? Je ne pense pas. Je pense sincèrement qu’il y a un manque dans le développement de ces spectres qui sont plus là pour dire qu’il y a des « méchants », un peu d’action, un peu de drame et voilà tout. C’est peut-être dur dit comme ça, mais j’avoue aimer ce qui est développé. Donc je le dis franchement. Les scènes de sexe oui, elles sont resplendissantes, mais la menace derrière l’alliance, non, c’est juste décoratif. Ce n’est que moyennement développé, la menace n’est pas si oppressante et elle est rapidement mise hors d’état de nuire. C’est le point qui m’a déçu, je l’avoue.

    Autre chose qui m’a manqué, parce que j’adore ce genre de chose, c’est le développement du monde extérieur. Dans ce roman, on reste dans l’enceinte de la demeure d’Alastair, réduit à quelques pièces en particulier. J’aurais tellement aimé en savoir plus sur le Nord. J’aurais adoré lire des descriptions plus poussées des montages enneigées, des forêts blanchies de neige et du ciel noir et glacé. J’aurais aimé en apprendre plus sur le passé, plus sur la vie jadis d’Alastair et Hrold. J’aurais aimé lire des passages où Alcuin apprendrait l’histoire de ce monde, découvrirait cet extérieur qu’il n’a jamais connu. Il y a eu un début de ça, à la fin du livre, avec le Sud. Ça m’a tellement emporté, intrigué. Il y a tellement de potentiel parce que l’univers que l’auteure a créé est vraiment passionnant. Je le trouve formidable et c’est bien pour cela que je meurs d’envie d’en savoir plus. J’en demande peut-être beaucoup, mais je suis persuadée que Victoriane Vadi a construit quelque chose d’époustouflant à ce niveau là.

    Pour en revenir au threesome, je l’ai adoré. Je le trouve très équilibré et véritablement poignant. La construction de la relation autour des trois personnages n’a rien de bancale. Au contraire je la trouve très stable et crédible. Et quand c’est crédible, j’aime encore plus. J’avoue avoir tout de même un peu plus d’affection pour Hrold mais c’est parce qu’il y a Alastair et Alcuin que je l’aime d’autant plus. Ils s’illuminent les uns les autres et c’est ça que je cherche dans un threesome ; cet équilibre qui rend la chose sublime. Et parce que je trouve ça beaucoup plus difficile qu’avec un couple « normal » (avec deux partenaires je précise), j’en suis d’autant plus admirative. Ce n’est déjà pas facile avec deux personnages, alors avec trois, ça l’est d’autant plus.

    Dans l’ensemble, j’ai été merveilleusement surprise par ce petit roman que je relirais volontiers et que je conseille vivement sauf pour ceux qui n’aiment pas le sexe. Très bon bouquin !

  2. Lucile
    Note 2 sur 5

    sarah

    Du sexe, du sexe, rien que du sexe. (parfois limite consenti) Je n’ai rien contre, au contraire. Mais là, au 12ème chapitre, j’ai fait une overdose. C’est dommage, j’aurai aimé connaître le monde et l’univers des personnages en dehors des quelques maigres renseignements qui nous sont donnés dans le derniers chapitre. Sinon, c’est bien écrit, c’est fluide.

Ajouter un Avis

Ma Newsletter

Les "digital rights management" (DRM) ont pour objectif de contrôler l'utilisation qui est faite des œuvres numériques. Sur MxM Bookmark, vous êtes libre de faire ce que vous voulez de vos fichiers. Sur ordinateur, sur tablette ou sur téléphone, vous pouvez lire nos ebooks partout. ×
Les membres de MxM Bookmark sont tous des passionnés. Nous sélectionnons des livres que nous avons aimés et que nous voulons vous faire découvrir. C'est pourquoi nous apportons un soin tout particulier à tous nos romans. ×
Nous privilégions les œuvres de fiction, particulièrement les romances entre hommes, à travers le spectre de la diversité. Que vous ayez envie d'une romance légère, d'un thriller haletant ou d'un voyage dans un autre temps, un autre lieu... vous trouverez toujours un livre adapté à vos envies ! ×
Vous trouverez toujours quelqu'un à qui parler, pour répondre à vos questions, vous conseiller ou vous apporter une aide technique. Par mail ou via les réseaux sociaux, MxM Bookmark a à cœur la satisfaction de ses lecteurs. ×