Le chant du corbeau : Thomas Bennett, et créer un Gayland
Actualité

Le chant du corbeau : Thomas Bennett, et créer un Gayland

TJ Klune, auteur de la série Le Clan Bennett, dont nous avons publié le premier tome « Le chant du loup » en décembre 2016, va mettre en ligne 8 articles en attendant la publication en VO du second tome, « Le chant du corbeau ». Nous avons décidé de les traduire et de vous les partager.
Si vous n’avez pas encore lu les précédents articles, ils sont disponibles ici !

Je ne me rappelle pas ce que c’était : un tweet, un e-mail ou une autre forme de message, mais un jour, une lectrice m’a écrit au sujet du « Chant du loup » pour dire que ce n’était pas réaliste que tout le monde soit gay.

Dans un livre qui parle de loups-garous.

Pas réaliste.

Dans un livre QUI PARLE de loups-garous.

Bonjour, et bienvenue dans le 4ème article dans lequel je vais vous dire pourquoi je me fiche que tout le monde soit gay ou pas (entre autres choses) dans cet univers imaginaire. Si vous n’avez pas lu les 3 articles précédents, revenez en arrière et commencez par le début.

C’est parti.

Bon. Je ne vais pas enrober les choses. Je n’ai pas de temps à perdre avec ce genre d’inepties hétérosexuelles dans la vie réelle (ma préférée ? « Je n’ai aucun problème avec les gays, mais je n’aime pas qu’ils apparaissent dans mon émission/livre ni qu’ils respirent ni qu’ils soient vivants. Arrêtez de me fourrer votre style de vie sous le nez. #MAGA ») Et je n’ai certainement pas de temps à perdre si quelqu’un trouve qu’il y a trop de personnages queer dans mes livres.

(Même si, pour être honnête, quand je lis ou regarde la télé/un film ou écoute de la musique ou sors voir le monde, je me dis souvent qu’il y a bien trop de personnages hétéros. Donc…)

Alors, débarrassons-nous de ce sujet : à moins que je sois explicite concernant la sexualité d’un personnage, les lecteurs du « Chant du corbeau » (ou de n’importe lequel de mes livres) devront supposer que ledit personnage est queer. Facile, non ? Sauf si vous voyez un mec profondément enfoncé dans un vagin, ou une nana disant qu’elle a envie de grimper un mec et de le chevaucher comme une montagne russe, ils sont gays. (Ou, même mieux, ils pourraient faire ces DEUX choses, parce que la bisexualité est un truc qui existe.)

(Bon sang, que ça a fait du bien de l’écrire. Et puis, les gens : ne soyez pas cette personne qui écrit aux auteurs pour se plaindre du « trop de gay ». Cela vous rend ridicule, et je n’hésiterai pas à me moquer.)

Passons à autre chose.

Thomas Bennett n’est pas Dieu. Thomas Bennett n’est pas le Jésus loup-garou. (Ça, c’est plutôt Ox.) Thomas Bennett est une personne faillible possédant de nombreux nombreux secrets et faces cachées.

J’ai une relation compliquée avec Thomas –  Gordo aussi, comme vous le verrez bientôt. Quand j’écrivais « Le chant du loup », j’ai fait de lui la personnalité dominante, et bien qu’il soit présent pendant moins de la moitié du livre, son ombre s’étend très loin. Il est l’Alpha. Le patriarche de cette meute. Un immense leader et, finalement, celui qui rachète, en quelque sorte, Ox.

Toutefois.

Il y a toute une histoire qui remonte bien avant « Le chant du loup », une histoire qui inclut Gordo. Nous voyons dans le premier livre que Gordo déteste les loups-garous, et semble particulièrement virulent envers Thomas et Mark. Et tout en étant heureux que les gens gravitent autour de Thomas et de sa relation avec Ox (à dessein), je savais qu’il y avait quelque chose de plus profond en jeu.

Thomas Bennett est extraordinairement faillible. Pour un homme mort (désolé pour ça… en gros), il a très certainement encore un grand rôle à jouer. (Et non, il n’y a aucune résurrection à l’horizon, donc oubliez ça tout de suite.) Je voulais explorer davantage sa relation avec Gordo, et la meute qu’il y avait autrefois. Il est sous-entendu dans « Le chant du loup » que la meute originelle a vécu une fin dévastatrice. Comment ? Pourquoi ? Qui ? Et que s’est-il passé pour que Gordo évite les loups-garous durant une bonne partie de sa vie ?

Ce point, tout comme la relation de Mark et Gordo, est le sujet central du « Chant du corbeau ». Ce n’est pas seulement une histoire d’amour entre deux hommes brisés, mais c’est aussi une histoire d’amour entre pères et fils, et combien le poids de leurs erreurs peut mettre une personne à terre. Ça parle de trouver une lumière au sein de la colère et la douleur, et finalement, avec un peu de chance, de trouver le pardon.

Et c’est tout.

C’est le dernier article que j’écrirai sur le contenu de l’histoire du « Chant du corbeau ».

Mais Tj, vous vous dites. Tu as dit que tu allais écrire des articles jusqu’à la sortie du livre !

Oh, je vais le faire. La semaine prochaine, nous ferons un petit détour par la révélation de la couverture et du synopsis de mon livre suivant, qui sortira en octobre. Je dois me prostituer, vous savez. Les factures ne se payent pas toutes seules. Et je suis sacrément fier de The Bones Beneath My Skin. Ça ressemble à un film d’action gay avec des flingues, des explosions et des types qui touchent des queues.

Après ça, en juillet, je ferai les choses un peu différemment. Nous aurons une BO officielle pour « Le chant du corbeau », des précommandes et probablement un autre extrait.

Si vous regardez les articles précédents (y compris celui-ci), vous remarquerez qu’il y a une chose dont je n’ai pas parlé : la relation de Mark et Gordo. Ne vous méprenez pas : ils sont le centre de ce livre. La raison pour laquelle je n’ai pas beaucoup parlé d’eux est que je veux que ce soit une surprise. Au cours des quatre dernières semaines à lire ces articles, vous avez peut-être cru, une ou deux fois, que je révélais beaucoup de choses. Croyez-moi quand je vous dis que j’ai à peine effleuré la surface du « Chant du corbeau ». De grosses choses arrivent, des choses monumentales qui vont changer le clan Bennett pour toujours. Lorsque vous aurez terminé, je veux que vous soyez abasourdis par l’histoire que vous viendrez de lire.

Donc… inspirez profondément. Le 31 juillet (date de sortie VO, ndlt) arrivera bien plus vite que vous ne le pensez. J’espère juste que vous êtes prêts.

À la semaine prochaine !

Tj

Et, bien sûr, un minuscule teaser :

Ne faites pas chier Jessie et son pied-de-biche. Ce sera la dernière chose que vous ferez.

Visited 111 times, 1 Visit today

About Lucile

2 réflexions sur“ Le chant du corbeau : Thomas Bennett, et créer un Gayland

  • MaevaCerise
    MaevaCerise
    30 June 2018 18 h 40 min

    Moi j'aime bien les gayland !! On a bien trop d'hétéroland donc faut compenser. Et puis osef, un gayland a pas besoin de se justifier, juste de se savourer ! Je sens que le Chant du Corbeau va être intense émotionnellement (déjà que le Chant du Loup l'était). Je dois être maso car je m'en fiche, je veux le lire, je veux savoir, je veux retourner dans cet univers !! Vivement sa sortie !!

  • Pauline
    Pauline
    30 June 2018 23 h 19 min

    Bonsoir, Je pense qu'on vois à déjà posé la question, mais est ce que vous avez une date de sortie vf pour le livre prévue? Je vous remercie d'avance, Pauline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.*